Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Articles Récents

20 février 2006 1 20 /02 /février /2006 12:22

Un mois. C’est long. C’est court. Notre perception du temps est floue et instable. 6 mois. C’est long. C’est court. Nos perspectives sont brouillonnes et fragiles. Mais on est là et on vit tout simplement. Nous avons la prétention de changer la vie de personne, si ce n’est la notre.

Les gens qu’on rencontre, blancs, mais aussi certains rwandais – notamment ceux qui bossent dans des ONG – sont surpris par notre manque d’ambition… Pourtant nous avons l’ambition la plus haute qui soit : être heureux et partager notre bonheur avec les personnes qui nous entourent, en l’occurrence les enfants qui viennent au centre.  

Pour l’instant cela se passe plutôt bien. Avec les jeunes nous avons dépassé le stade de l’observation mutuelle tintée de méfiance pour laisser la place à une amitié tinté de beaucoup de bonne humeur…

En effet, notre prononciation du kinyarwanda, leur prononciation du français, notre apprentissage de la danse traditionnelle rwandaise,… sont toujours l’occasion de grands éclats de rire.

Une douce moquerie bienveillante que nous échangeons avec plaisir.

On sent déjà les limites d’un voyage aussi court et en même temps, on ressent les possibilités infinies que nous offre chaque journée nouvelle. On essaye de vivre l’instant présent. Le présent ne s’arrête jamais. Il se contente d’être et c’est déjà bien suffisant. Quand il daigne accepter notre modeste compagnie, nous faisons un bout de chemin avec lui…

Voila ce que donne un mois au Rwanda : 31 jours de bonheurs à utiliser nos deux oreilles, nos deux yeux, nos deux jambes et nos deux bras…

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben et Ignace - dans tuzareba
commenter cet article

commentaires

Mélanie P 23/02/2006 15:37

Salut vous 2,
J'ai pensé à vous (ça m'arrive souvent) mais plus particulièrement car je suis en train de lire un livre intitulé: "Ailes et racines: partage international sur la spiritualité de l'engagement social" et dedans il y a un témoignage d'un Sénégalais, Demba, qui avait tout pour faire partie de l'élite de son pays: des études en ville... A 24 ans, il a décidé d'aller à contre courant et de montrer que le métier d'agroculteur, le travail de la terre était noble. Il est donc aller cultiver un lopin de terre en Casamance. Il a mis 7 ans à s'intégrer au sein de la coopérative ( a failli abandonné 1 fois à la moitié du chemin devnat le refus des villageois). L'enseignement qu'il en a tiré est: "le véritable agent de développement, le véritable animateur doit necessairement se soumettre au milieu, accepté d'être formé par lui, se faire tout petit malgré son bagage de connaissances, abandonner tout esprit de conquête et d'influence pour ensuite grandir petit à petit avec le milieu. C'est par ce biais que le milieu acceptera les transformations que l'animateur lui propose."
Je ne sais pas si vous connaissez ce livre, mais même s'il ne parle pas directement de développement, il parle de personne qui s'engage et ca pourrait vous aider dans votre réflexion.
A tout cas, bon courage pour la suite
Mélanie